Actuellement sur nos murs


Guerre du peuple
par
Armand Deriaz




null

C’est en mai 1970, à la veille de « Septembre Noir » qu’Armand Deriaz part en Jordanie à côté de Francis Reusser et Jean-Pierre Garnier, tous deux réalisateurs, pour tourner le film « Biladi une révolution ». Le jeune photographe découvre la résistance palestinienne, avec le Fatah de Yasser Arafat. Faire de la Palestine un pays démocratique, multiracial et non théocratique est la charte de ce parti (le Fatah).


Voyageur, reporter photographe et illustrateur, dirigé par Charles Henri Favrod qui lui donne plusieurs mandats aux Editions Rencontre de Lausanne, il parcourt le Sénégal puis la Géorgie Soviétique. Mais la découverte de la situation des Palestiniens le bouleverse profondément. La situation politique et militaire devenant trop tendue, après un mois de travail, l’équipe est de retour en Suisse où le film est monté et un livre « Guerre du Peuple » est édité. Ces deux ouvrages, film et livre, seront présenté à la Cinémathèque Suisse au printemps 1971 et au festival de Locarno la même année.
A la manière d’un tract politique, les deux supports exaltent la résistance palestinienne à travers le rôle des combattants, des femmes, des ouvriers et des enfants. Ils prennent la défense d’une cause très peu soutenue à cette époque ; « Biladi une révolution » est un des tout premiers films sur la question. Depuis le photographe se consacre au militantisme. Laissant son appareil au profit des presses, il reprend « l’imprimerie des Palestiniens » de Genève qu’il déplacera à Vaugondry puis à Lausanne afin de produire et diffuser les voix militantes.


En 1977, il réintègre l’entreprise familiale à Baulmes et continue le travail de mise en lumière des archives photographiques des Deriaz. A l’ouverture du Musée de l’Elysée en 1985, il lance une édition de cartes postales, affiches et catalogues, pour présenter le travail photographique des artistes exposés. Aujourd’hui, il organise plusieurs expositions des 6 générations de la famille Deriaz, tous photographes depuis 1866 à nos jours.

null


null